Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le petit monde de Blablatine

Potiche mais pas trop...

 

 

 

   POTICHE-affiche.jpgJe le reconnais bien volontiers, les films français ne sont pas ma tasse de thé, aussi j'hésite à maintes reprises avant d'aller voir Potiche, le dernier film de François Ozon.

Après tout un casting impressionnant qui fait flirter Catherine Deneuve et Gérard Depardieu, ça vaut tout de même le détour, rien que par curiosité, alors ce soir je me laisse tenter c'est parti!

 

D'emblée je suis agréablement surprise par une Deneuve désopilante en Blanche-Neige des seventie's, parlant et chantant même à l'oreille des animaux de la forêt. Cet humeur et le sens des détails des décors et des costumes typiques de 1977 me transportent dans un autre monde, celui de la misogynie et la mode flashy d'une période qui a changé le rôle des femmes dans notre société.

 

Je souris, je commente en rigolant avec D, ma voisine, quand le monsieur devant nous sur la gauche ne nous fait pas « chut » et je me laisse prendre au jeu de la subtile lutte féminine avec un plaisir non dissimulé! Je ris de bon coeur en voyant les étiquettes clichées de chaque personnage, stéréotype de l'époque et je me délecte des cinglantes réparties et de l'inversion du pouvoir de l'homme vers la femme qui s'impose sans bruit.

 

On y trouve donc le mari ultra nerveux, Robert Pujol (Fabrice Luchini), qui à la main mise sur son ménage et son usine. Sa femme, Suzanne (Catherine Deneuve), érigée en potiche inutile et effacée. Viennent ensuite le fils à maman , Laurent, clone de cloclo jeune et l'ambitieuse Joëlle (Judith Godrèche), coiffée comme Farrah Fawcett.

Alors que son mari tombe malade, en pleine période de grève de ses ouvriers, Suzanne Pujol reprend la direction de l'ancienne entreprise de son père et se découvre en femme de poigne. Elle convainc alors Nadège, la secrétaire- maîtresse de ne plus se plier aux diktats sexuels de son mari et de s'exprimer. Qu'adviendra t'il donc quand M. Pujol rentrera au bercail récupérer son siège, son foyer et sa maîtresse ?

 

D'ailleurs la secrétaire délirante symbolise l'évolution des mentalités de toutes les femmes de l'usine qui comprennent enfin en voyant Mme Pujol exceller qu'elles sont capables autant que les hommes sinon plus et l'érigent en exemple. Malgré son rôle secondaire je l'ai adoré car elle était vraiment le miroir de l'héroïne et elle se révèle.

 

Pourquoi je le conseille? Pour ses personnages hauts en couleurs et forts attachants, pour le thème de l'émancipation des femmes et de leur place dans la société, qui reste néanmoins un sujet très actuel. Pour l'intrigue très bien ficelée qui donne une bonne leçon aux préjugés machos, avec une héroïne qui se révolte de façon très drôle et piquante pour ne plus être étiquettée potiche de service qui regarde « Aujourd'hui madame », et ne plus devoir se sentir gâter quand on lui offre de l'élécro-ménager! En plus il y a pleins de petits clins d'oeil à l'actualité et des génériques sitcoms à la Dallas. On découvre derrière les décors multicolores et la façade lisse et insouciante de Suzanne Pujol bien d'autres vérités et secrets du passé, non sans rappeler nos « Desperate Housewives » préférées.

 

Une virée cinématographique divertissante et féminisante en somme, dont on ressort le sourire aux lèvres!

 

Liens choisis :

http://www.potichelefilm.fr/ (site officiel)

http://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=172873.html (lien allociné)

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article