Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le petit monde de Blablatine

Sexy time : et si on se lançait dans une petite « inspection conjugale » ?

Sexy time : et si on se lançait dans une petite « inspection conjugale » ?

Vous vous disputez parfois avec votre moitié, vous n'êtes plus certains de retrouver tous ces points communs de vos débuts ni même d'avoir les mêmes aspirations ? Pourtant, vous l'aimez, grâce à ce « je ne sais quoi », ce « feeling » qui a fait la différence et qui vous lie...

  • Imaginez alors qu'un inspecteur débarque dans votre salon afin de vérifier votre compatibilité, mandaté par l'Etat qui est persuadé que les défauts des nouvelles générations proviennent de la défaillance de leurs parents dans leur relation de couple. Poussons le vice plus loin, imaginez ensuite que cet inspecteur puisse décider si vous devez ou non rester ensemble, voire même vous emprisonner dans un camp de redressement pour refoulés sentimentaux. Cela vous donnerai peut être l'occasion de relativiser les disputes non ?
  • Voici l'intrigue de la comédie drôle et enlevée de Yanis Ben Aziza « Inspection conjugale », actuellement jouée sur la scène des feux de la rampe que votre Blablatine vous conseille pour pimenter vos soirées d'hiver !
  • Quelle est l'intrigue ?
  • Fred est bouddhiste et un brin flemmard à ces heures, oscillant entre relaxation spirituelle et tofu, tandis que Julie est une working girl débordée et autoritaire, un brin nymphomane à ces heures (une version féminine de Christian Grey?). Lors d'une dispute, ils voient débarquer chez eux un inspecteur conjugal, Maître Delacour, bien déterminé à redresser ce couple et à les évaluer afin de vérifier s'ils sont fusionnels ou bien... défaillants. Quelles seront les conséquences de cet examen plus qu'inhabituel dans la vie de ce couple ?
  • Qui a fait naître la pièce ?
  • La mise en scène est signée par Stéphane Russel, qui a collaboré à de nombreuses pièces qu'elles soient classiques ou plus contemporaines, mais également à des fictions télévisées qui lui donnent un œil différent sur la scène.
  • Du côté de l'écriture, l'auteur est Yanis Ben Aziza, qui signe ici sa première pièce, sans doute suivie d'une longue lignée à venir.
  • Quant à l'interprétation, Aurore Planas, Vincent Vilain et Yanis Ben Aziza donnent ensemble vie au texte.
  • Où peut-on la voir ?
  • Au théâtre des feux de la rampe, 34 rue Richet 75009 Paris, dans la salle 60 (métro Grands boulevards ou Cadet).
  • La comédie est jouée jusqu'au 16 avril 2016 chaque vendredi et samedi soir à 21h30.
  • Comment trouver plus d'infos ou réserver ?
  • Combien ça coûte ?
  • Les tarifs vont de 12 à 18 euros et le placement dans la salle est libre, je vous invite donc à venir une petite demi-heure en avance (votre Blablatine est même arrivée une heure en avance, prenant de cours le trublion qui organisait les files d'attentes... Non une demi-heure suffit croyez-moi, mais c'est le bon timing).
  • L'avis de Blablatine :
  • Le cadre : la proximité avec la scène et les comédiens donne une fragilité aux jeux des acteurs, que vous ne retrouverez pas dans une grande salle. Un fil s'est tissé pendant que j'observai la pièce, détaillant les costumes, le décor volontairement très sobre, et même si les rires m'ont rappelé que je n'étais pas seule parmi les spectateurs, j'ai maintenu ce fil avec les comédiens, qui m'a fait entrer dans l'intimité de ce couple atypique et un rien caricatural comme on les aime au théâtre, me faisant oublier le monde extérieur l'espace d'une heure.
  • Cette promiscuité a retenu certains rires je pense, car les spectateurs craignent de distraire les comédiens, le décor sobre ne m'a pas choqué car cela m'a permis de ne pas me focaliser dessus, et qu'il y avait pour nous faire entrer dans l'imaginaire des jeux de lumières, des mouvements permanents des comédiens, des effets sonores, soit autant de petites surprises bien plus efficaces et savamment orchestrées...
  • Ce qui m'a plu : j'ai beaucoup apprécié le jeu des comédiens, qui donnent vraiment vie dès les premières minutes à la pièce et sont sur les chapeaux de roues du début à la fin. J'ai senti leur investissement et leurs façons de jouer très différentes et tout à fait complémentaires (Maître Delacour m'a d'ailleurs rappelé mon banquier mais chut ne lui répétez surtout pas !).
  • Quand au couple, les traits sont exagérés mais petit à petit, au fil de la pièce, le jeu s'allège avec subtilité pour que ces personnages nous paraissent finalement familiers et nous ramènent à nos propres vies. En plus, le couple joue pieds nus durant toute la pièce, ce qui donne l'impression d'entrer dans leur intimité et on ne peut s'empêcher de s'identifier à eux, qui ont finalement les mêmes gestes et habitudes que nous.
  • Le bémol : je pense humblement (car votre Blablatine n'a pas joué au théâtre depuis la fac, dans un self du Crous à l'aube d'une mise en scène dépouillée, mais no comment) que certaines intonations plus accentuées ou quelques silences avant les chutes pourraient encore optimiser les « rires en cascades », laissant le temps au spectateur de réagir à certaines répliques plus subtiles.
  • Je souhaite également à la troupe de pouvoir accéder à l'espace central des feux de la rampe, cela est anecdotique mais l'entrée de la salle est un peu cachée (prenez la première à gauche et suivez le trublion qui fait des blagues).
  • La note : * * *
  • L'interview de Yanis Ben Aziza :
  • "1/ Comment t'es venu l'idée de cette intrigue inhabituelle ?
  • Lors d'un voyage en Tunisie, j'ai rassemblé toutes mes notes et mes idées pour me mettre à l'écriture, avant de faire une pause en lisant la pièce « The revizor » du russe Nikolaï Gogol. Dans cette pièce, un homme est pris pour un inspecteur général de l'administration et tous les habitants tentent de le corrompre avec des présents, craignant d'être dénoncés ou jugés.
  • J'ai simplement transposé cet inspecteur à une relation amoureuse, car le couple est un thème qui me tient à cœur. Chacun d'entre nous a été, est ou sera en couple et Delacour remplace dans son rôle d'inspecteur cette petite voix dans nos têtes qui nous décourage et ne recherche que les failles dans notre couple.
  • 2/ Depuis quand jouez-vous la pièce et avez-vous pris du plaisir tous ensemble ce soir ?
  • Nous jouons depuis un mois et demi, je prends personnellement beaucoup de plaisir, il s'agit de la première pièce que j'écris, le public dans la salle est plus ou moins nombreux et réceptif donc nous nous adaptons chaque soir, en mettant du cœur dans notre jeu pour divertir les spectateurs au mieux.
  • 3/ Côté mise en scène, le décor est sobre mais il y a de nombreux effects sonores et visuels, qu'est-ce que cela ajoute ?
  • Oui, nous voulons faire entrer le public dans notre univers et rendre la pièce réaliste par différents jeux de mise en scène, avec les mouvements des comédiens, mais aussi des lumières, et le décor d'un salon comme nous pourrions tous en avoir. Cela crée une interaction avec les spectateurs, tout comme les effets sonores. »
  • Sur ce, profitez-bien de cette comédie pour tester la complicité de votre couple et vérifier si vous serez capable de défier l'inspecteur conjugal Delacour !
Sexy time : et si on se lançait dans une petite « inspection conjugale » ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article