Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le petit monde de Blablatine

Sexy time du mercredi : coup d'un soir avec fêtard, ma rébellion !

Sexy time du mercredi : coup d'un soir avec fêtard, ma rébellion !
  • Je voudrai d'abord vous dire qu'après une double licence validée, votre Blablatine fait sa rentrée, toute prête pour de savoureuses nouvelles aventures ! Et quand je vois le chemin parcouru et les visites continuer sur mon blog, je me dis que je ne pourrai jamais le fermer...
  • Merci à ceux qui me suivent encore, je promets de tout faire pour vous surprendre et vous émouvoir, et surtout pour vous divertir ! Pour mon retour, j'ai choisi de prendre un parti-pris téméraire de nos jours, mais que voulez-vous certains mots sont libérateurs...
  • Quelle fille ne s'est pas fait piégée par la flatterie d'un homme, au détour d'un soir de moins bien, alors qu'elle n'attendait qu'un "tu es si belle, j'ai envie de toi" ? Inconscience ou simple envie de légereté, elle finit alors sous la couette d'un mâle plutôt sûr de son charme, qui agit selon ses propres plaisirs sans forcément voir au-delà, enhardi par son succès, et ce petit mouton perdu chez le loup rejoint ensuite la bergerie en se demandant bien comment il a pu s'égarer si loin de ses valeurs habituelles.
  • Et bien jeune fille, sache que j'ai rejoint ton cercle, après 28 ans de lutte contre des arguments construits et aboutis tel que "non mais au XXIème siècle on a plus besoin d'attendre le second ou le troisième soir, les filles et leurs préjugés à la con", "tu ne serais pas un peu coincée toi", ou "aller j'ai trop envie, on en reparlera demain". Oui car sur le principe, je suis plutôt d'accord pour que deux personnes qui se désirent couchent ensemble, juste une fois comme ça, que ce soit par pur goût du sexe, pour tester son pouvoir de séduction ou encore pour repousser ses limites durant ce brève moment de partage.
  • Là où je suis moins d'accord et prête à pousser une gueulante qui ferait trembler le kiki d'un éléphant, c'est quand l'un des deux ment à l'autre pour arriver à ses fins ! Oui, oui, je sais bien, vous allez me dire que c'est le truc le plus vieux du monde, mais alors pourquoi se laisse-t-on encore berner ? Quelle femme ne s'est pas sentie cruche en s'énervant un lendemain de calîn devant son téléphone bien trop silencieux ? Je prends l'exemple des femmes, même si nous nous protégeons de plus en plus et voulons choisir notre moitié avec bien plus d'exigeance que nos ancêtres, que ce soit pour une nuit ou pour la vie. Je conviens qu'il y a des femmes qui désormais usent du même process et se jouent des hommes comme de produits de supermarché à usage limité, et je ne cautionne pas du tout. Cependant, il faut admettre que peu d'hommes se sentent honteux en repartant de chez une femme le lendemain, ils ont même globalement le sourire aux lèvres et ce regard malicieux qui dit "et oui bébé, c'est moi qui ai fait ça !" (Steeve Urkle sort de ce corps)
  • Ai-je été flattée moi ? Et bien non et sacrément non ! Je n'ai jamais cédé le premier soir, non pas par choix puritain via un quelconque code de la bienséance, mais tout bêtement parce qu'après un soir, je ne sens pas suffisament complice pour me lâcher au lit avec un homme. Cette fois, piégée par un assaut soudain, j'ai entendu cette voie de diablesse dans ma tête qui me chuchotait avec une fourberie à peine voilée mais néanmoins suffisante pour une parisienne comme moi qui n'a pas mille occasion de se caser dans cette jungle de la drague : "on ne s'est jamais, c'est peut être le bon, essaie au moins !" Oui chers lecteurs, il ne faut jamais sous estimer le pouvoir du "on ne sait jamais", c'est comme un "cap ou pas cap ?", d'autant plus quand le menteur vous sert des paroles rassurantes telles que "on se revoit vendredi, j'ai hâte" ou "ne t'inquiète pas on aura pleins d'autres occasions"...
  • Je ne nie pas qu'il faut être deux pour danser le tango, mais ça devrait être illégal de complimenter, d'être attentif, rassurant, et de ne plus se manifester ensuite une fois qu'on a tiré son coup. En bref, comme dit l'adage, je préfère mille fois un canard dans ma baignoire à un connard dans mon plumard, car le canard est patient, vigoureux, endurant et ne fait pas de belles promesses pour servir ses intérêts, en sachant très bien qu'il filera aussi vite que le vent ensuite. Oui le canard ne peut pas courrir donc le problème est réglé me direz-vous, mais ce que je veux dire avec cette image c'est surtout qu'une femme a besoin d'écoute pour jouir et de ne pas sentir de pression ou de précipitation.
  • Bon, si je veux vraiment me confesser, je dirai que ce genre de relations trop pressantes, et d'autant plus le premier soir, n'a pas permis à ces quelques malheureux de tenir plus de 5 minutes en moi... De là, cercle vicieux, le mec s'est sur-vendu, il a menti, il rappelera encore moins après, et j'ai juste cette autre voix en tête qui me crie "non mais tout ça pour ça mec ?" En effet, mine de rien, l'amant a dépensé des trésors d'énergie pour me mettre dans son lit, pour me corrompre alors que ma tête disait "non sauve toi !" et il est fatigué même s'il veut laisser un souvenir impérissable. Il m'a ensuite fait quelques remarques, pensant sans doute que mes réticences à passer à la casserole était due au balai que j'avais dans le cul, balai qu'il aurait été capable d'essayer de dénicher lui-même de mon fessier tant il était affamé...
  • Il a alors voulu faire le viril dominant, donnant des indications d'un ton directif qui ferait pâlir d'envie Mappy, avant de se la jouer Christian Grey en me proposant gentiment de tester tout le catalogue des films pornos : "une éjaculation faciale ou une petite sodomie pour commencer ma brave dame ?" Bon, là il ne fallait pas pousser mémé dans les horties, donc j'ai décliné, sentant bien que je passais pour la bigote du village, je me suis dit que tout de même ça semblait naturel pour lui, réellement surpris par ma réticence (ou étais-ce une technique pour me convaincre que j'étais "has been" et que je devais tenter l'aventure ?). Je pensais déjà, je l'avoue, à toutes ces anecdotes de d'jeunes que j'allais pouvoir vous raconter et à ces nouvelles positions à recommander, mais là, par manque de naturel, de complicité ou simplement par trop d'empressement, bim encore un "Mr 5 minutes" ! Ca donne des surnoms rigolos mais franchement j'avoue que ce n'est définitivement pas mon truc et que je m'en suis voulue avec rage pendant les deux jours suivants.
  • J'ai alors décidé d'écrire pour que ça serve peut être à d'autres, pour vous dire que si c'est fait avec franchise et un minimum de délicatesse, je trouve ça génial que des gens s'éclatent et profitent, mais que si vous comptez mentir, il faut bien vous dire qu'un jour quelqu'un vous mentira aussi et vous blessera l'égo. Non aux doubles-vies ! Non aux "mais si, mais si, on va se revoir" non tenus ! Non aux fourberies ! Soyez honnêtes, ayez des couilles et croyez-moi si le jeu est clair dès le départ et que personne ne se sent lésé, il y aura beaucoup plus de plaisir et de lâcher prise... Pourquoi se contenter du minimum ?
  • A très bientôt chers lecteurs, et mesdames, dites-vous bien que vous êtes plus fortes et plus libérées que ce qu'on veut bien vous faire croire, tout est une question de patience !
Sexy time du mercredi : coup d'un soir avec fêtard, ma rébellion !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

martel 18/09/2015 17:43

Aurais-tu cédé a la tentation si cet/ses homme(s) ne s'étaient pas joué de toi? La fin ne justifie t'elle pas les moyens, il/ils voulaient se vider, l'ont fait, peut on vraiment le leur reprocher?

Charles

Martel 30/09/2015 12:03

Donc on peut dire que si il ne t avais pas duper, ça n aurai pas été une relation d un soir. Tu n as donc pas "volontairement" testée les coups d un soir. Bouh on nous ment sur la marchandise!!!! Lol

Blablatine 21/09/2015 01:05

D une part rien n excuse le mensonge et la tromperie, encore moins l envie de se "vider" et c est justement l objet de l article, que tu illustres. Ensuite j aurai été seduite et ça aurait d ailleurs duré sans doute plus longtemps s il ne m avait pas ainsi sauter dessus sans vergogne ! Enfin, les attentes n étant pas les mêmes, le décalage sexuzllement s est également ressenti car je n'ai pas eu vraiment la sensation d être écoutée..