Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le petit monde de Blablatine

Sexy time du mercredi : « Cinquante nuances de Grey », toutes à la recherche d’un dominant ?

Sexy time du mercredi : « Cinquante nuances de Grey », toutes à la recherche d’un dominant ?
  • J’ai enfin fini les trois tomes croustillants de la série de livres érotiques « Fifty shades : cinquante nuances de Grey » ! L’occasion de débriefer le point de vue de Blablatine sur cette trilogie d’un nouveau genre …
  • L’histoire :
  • L’intrigue repose sur la liaison amoureuse entre Christian, un richissime PDG aussi beau que mystérieux et autoritaire, et Anastasia Steele, une étudiante en Lettres plus jeune et ingénue. Au contact de ce sombre garçon qui va l’initier petit à petit aux plaisirs de la chaire et du sadomasochisme, la jeune femme va se découvrir, s’apprendre et même révéler son homme ! Oui, il s’agit bien d’une belle histoire d’amour qui fait briller les yeux des filles, mais sur fond de sexe, au fil de scènes brûlantes qui ont fait de cette romance moderne un succès …
  • Il se pourrait bien que le fantasme du dominant soit roi ici, est-ce donc à cela que nous aspirons toutes ? Cherchons-nous inconsciemment un mâle dominant, un initiateur, un guide sexuel pour nous révéler à nous-même ?
  • Les points forts :
  • Ce qui me fascine, c’est que cette histoire a remis à la mode et rendu accessible au plus grand nombre la littérature érotique, par l’abondance de détails, des scènes décrites par le ressenti de l’héroïne, et une véritable justesse qui reste réaliste, équilibrée entre des scènes très crues et le côté plus fleur bleue de l’intrigue amoureuse. Ce juste milieu, comme un fil tendu ou un jeu de limites franchies sans réelle vulgarité, nous amène doucement à en redemander, à vouloir lire le tome suivant et à rendre humide notre lingerie. Les hommes devraient la lire également car il y a des pépites d’information sur le désir, tant masculin que féminin, et une foule de clés notamment dans la montée du désir, l’entretien de la flamme, la confiance qui s’installe jusqu’à repousser nos limites les plus obscures et bien entendu, la réussite de préliminaires aussi variés que distrayants !
  • Les bémols :
  • Je me dois tout de même d’émettre quelques réserves, car même si la trilogie a éclairé mes soirées et celles de beaucoup de monde sans nul doute (on a jamais autant lavé nos petites culottes et un baby boom est peut être en route si ça se trouve), il y a un côté répétitif. J’ai d’ailleurs apprécié que le rythme des scènes sexuelles ralentissent pour laisser place à des scènes plus poussées mais moins répétitives à partir du second tome, une fois les « bases » posées sur le côté SM et le couple en route vers son destin et sa complicité si sensuelle !
  • Oui il faut reconnaître que le côté réaliste arrive progressivement, mais au départ un homme qui rentre du boulot quand il veut alors qu’il est PDG, vient juste pour vous faire l’amour 5 ou 6 fois de suite, et qui vous flanque une fessée comme ça après les diners de famille, ça reste utopiste et pas sûr même que toutes les femmes en rêvent tant que cela…
  • Et puis, la violence des rapports, le ton dominateur, j’ai mis du temps à rentrer dedans si je puis dire ! Je me suis demandée comment un thème aussi intime et restreint que le SM pouvait parler à tant de monde, mais l’auteure met du miel sur le piment pour faire passer le tout… Du coup, j’alternais en hésitant parfois à reprendre la lecture, en faisant des pauses de quelques heures voire quelques jours pour ne pas saturer, pour ne pas instaurer une certaine insensibilité et une routine dans ce rapport au sexe. Après tout, faire l’amour tout le temps, ça créé autant une routine que de ne jamais le faire ! Même si c’est beaucoup, beaucoup plus jouissif j’en conviens …
  • Enfin, mon dernier point en bémol, c’est simplement une constatation par rapport à la trilogie des « Beautiful » (je viens d’entamer « Beautiful bastard », tout un programme, première fois que j’aime passer des soirées avec un « bâtard », quoique…) . « Fifty shades a clairement ouvert la voie et fût un réel précurseur, qui a encouragé des maisons d’éditions à créer des lignes dédiées érotiques pour exploiter le filon, du coup le petit plus dans cette autre série c’est que l’on a le point de vue masculin et du coup les hommes peuvent s’identifier bien plus. Un chapitre est raconté par l’homme et un autre par la femme et ce double regard est très intéressant… Nous aussi, on veut savoir ce que pensent les hommes non mais oh ! EL James fait néanmoins un chapitre bonus sur le troisième tome avec le point de vue de Christian, qui sait peut-être est-elle sur une nouvelle piste avec la version de Christian… Je note malgré tout que l’écriture est plus simple, il y a moins d’enrobage et le contexte fait la différence dans nos projections, et ils ont eu le temps d’observer pour améliorer le récit, j’attends donc de finir cette série aussi pour vous la débriefer !
  • En bref :
  • Je vous recommande cette lecture, qui vous ouvrira l’esprit, nourrira votre imagination pour tenter certaines choses si vous êtes en couple, ou fantasmer chaudement si vous êtes célibataire…
  • Pourquoi ça marche autant ? Je pense juste que lire des histoires de cravaches pour fantasmer sans avoir à les vivre, et rêver de cet homme qui sait mener à la perfection sans avoir les mauvais côtés, les doutes et les réflexions soi-même, c’est un vrai aimant !
  • Non les femmes recherchent un homme protecteur et indépendant à la fois, pas forcément dominant et aussi extrême ni maniaque du contrôle. Nous voulons être rassurées, et dans le livre c’est l’opulence, la richesse des vêtements, des maisons, des hélicos, qui ont ce rôle rassurant, et puis l’entourage qui reste toujours très présent. Il y a les codes en sociétés, mais troublés d’un seul coup par ces interdits franchis, et c’est ce qu’on rêve de faire chez belle-maman ou quand les copains s’éternisent à table non ? Glisser une main agile sous la table, s’enfuir dans un garage ou dans un champ, se promener à un gala sans culotte, le sourire aux lèvres… Je suis sure que ces messieurs ne me contrediront pas non plus !
  • Les femmes veulent être guidées, pas forcément attachées, mais elles ont d’avantage besoin des hommes pour se laisser aller à leur plaisir à fond, pour le revendiquer, puis une fois lancées et confiantes elles peuvent déplacer des montagnes ! Et finalement si c’était Anastasia qui prenait le pouvoir dans cette histoire ?

Voici la bande annonce du film dont la sortie est prévue pour la Saint valentin 2015, avec déjà 2 suites, pour respecter les 3 tomes du livres ... Savourez !

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article

blablatine 17/09/2014 23:57

Cher Charles, et bien oui j'ai déjà connu un Christian, c'est peut être d'ailleurs pour cela que cette trilogie m'a tant fait sourire, de ce sourire à la fois nostalgique et plein de leçons tirées du passé ! Il y a surtout des mots qui me parlent, ce côté ultra-protecteur, on a déjà pris rendez-vous chez le médecin à ma place quand je refusais d'y aller aussi et appris à repousser mes limites sexuellement, à accepter mon corps, à mieux le connaître... Par contre, jamais de SM cela ne m'attire pas, le défi me suffit ! Voilà Monsieur, bonnes lectures !

Martel 17/09/2014 13:33

Ce que nous lecteurs assidus de ton blog nous demandons est si tu es une Anastasia et si tu as déja rencontrer un/ton Christian.....

Charles