Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le petit monde de Blablatine

Sexy time du mercredi : le suçon, prison ou frisson ?

Sexy time du mercredi :  le suçon, prison ou frisson ?
  • Le suçon est un savant mélange entre force et amour, qui semble un brin SM, j'en conviens . Il s'agit d'abord de marquer son appartenance à l'autre, qui désigne son territoire de la manière la plus primitive qui soit par un brutal « pas touche, c'est à moi ! ». En même temps, c'est juste un baiser plus fougueux que les autres, plus intense, qui picote et fait frémir le corps, et laisse un doux souvenir de ce moment érotique et spontané gravé directement sur notre corps pour dire « rappelle toi de ce moment mon amour ».

  • Alors comment réagir et doit-on se laisser sucer le cou par ces Dracula d'un nouveau genre ? Il y a de quoi s'interroger ! Pour ma part, j'apprécie les suçons mais depuis l'adolescence, je ne m'entraîne plus à en faire pour jouer à «vu ou pas vu ton suçon ? » (sous-entendu rougeâtre et apparent dans le cou). Celui là était plutôt destiné à montrer qu'on rigolait bien dans notre couple et affirmer notre sexualité à la face du monde, même quand on avait pas encore goûté au fruit défendu... Rebelles ces jeunes cervelles !

  • En grandissant, on devient plus subtils et surtout on a un travail qu'on aimerait beaucoup conserver, de même que ce qu'on nomme la « crédibilité ». Et puis en famille, ça la fout mal une pluie de suçons sur l'épaule, le cou ou le buste, pour saluer grand-mamie ! Elle va bientôt croire que vous vous adonnez aux combats de boxe thaï dans des cercles clandestins à la nuit tombée (oui les mamies regardent « les experts » aussi). Alors on ruse, on joue oui mais sur des parties du corps moins exposées et avec parcimonie... On dérobe un bout de fesse pour y glisser un petit suçon pendant que l'autre dort, on s'attarde sur les tétons, sur le ventre, au creux des reins pour marquer la chaire au moment d'un orgasme profond, on s'empare de l'entrejambe, juste là où la peau est si tendre et fine qu'un simple baiser inoffensif vous fera passer pour un vampire assoiffé de désir !

  • Bref, discrétion ne s'oppose pas toujours à rébellion... C'est toujours ce côté transgressif et provocateur qui nous anime, tout comme pour les griffures ou les menottes, la curiosité de l'interdit qui nous titille ! Le suçon se veut à la fois la preuve de l'attachement pour l'autre, d'une sorte de soumission et donc le témoin visuel de la confiance que l'on nourrit pour son amant ou amante, à l'instar d'autres attributs sado-maso bien plus douloureux. C'est une douce punition, un tatouage éphémère qui veut marquer la peau pour mettre l'accent sur une sensation, un état présent, que l'on voudrait prolonger à l'infini, et il sert de rappel ou de mise en bouche pour remettre le couvert à la prochaine occasion...

  • Ici l'objectif n'est pas de le montrer, mais au contraire de créer une connivence, un petit secret coquin qui liera nos amoureux et pourra les émoustiller, même s'il faut tenter de garder contrôle et sérieux pour ne pas se laisser démasquer. Et si ça se voit ? Le mieux est encore d'assumer d'être des fous de sexe ou bien d'en rire, sinon vous pourrez toujours dire que vous étiez en train de rejouer une scène de Twilight ou de Vampires Diaries, pour rebondir sur le programme télé et faire diversion...

  • Sur ce bonne soirée mes petits vampires, prenez garde la pleine lune gronde ce soir !
Sexy time du mercredi :  le suçon, prison ou frisson ?

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article